À propos

Biographie

Née à Marrakech, Anissa Boukili El Hassani est une artiste multidisciplinaire maroco-canadienne installée à Tio’Tia:ke (Montréal).

 

Titulaire d’un diplôme d’études en arts visuels du collège au Cégep du Vieux Montréal, elle complète un baccalauréat en Studio Arts à université Concordia en 2022.

 

 

Photo : Antoni Maliki

Expositions solos:

         

Contrefaçon                                                                          

Galerie Aussenwelt                                                                                                            

Dichotomies                                                                                   CANIF Cégep du Vieux-Montréal  

      

 

Expositions collectives: 

 

Cathemeral Observances

VAV Gallery

 

Metamorphosis                                                                             

Galerie Parc Offsite

 

Absence of another                                                                     

VAV Gallery

 

Volume 1: Le Jardin                                                                      Atrium & Studio-Théâtre des Grands Ballets     

           

Malaises                                                                                        Galerie Gham & Dafe            

 

Exposition de l’Intercollégial d’arts visuels                     

L’Agora du Cégep du Vieux-Montréal  

            

Avis de recherche : Temps perdu

L’Agora du Cégep du Vieux-Montréal      

 

 

 

Performance work

 

Cathemeral Observances (Finissage)

VAV Gallery

 

Body Archeology : Ancestral Memory and Im(migration)

Milieu Institute (Workshop series)

 

 

2021

 

2018

 

 

 

 

 

2022

 

2021

 

2020

 

2020

 

 

2019

 

2018

 

 

2017

 

 

 

2022

 

2022

 

Publications:

 

Partout avant le temps (recueil de poésie)

Autoédition

 

Sans Ancre (recueil de poésie)

Éditions Prise 1

 

 

2020

 

2017

 

Démarche artistique

Anissa Boukili El Hassani puise dans son expérience d’immigrante, perpétuellement tiraillée entre des cultures totalement opposées.


Sa pratique artistique s’articule autour des notions de décolonisation, de réappropriation, d’autocritique et de réparation. La pluralité d’identités et la fragmentation sont ses sources principales d’inspiration, d’où son objectif : la démocratisation de l’art conceptuel à travers une perspective intersectionnelle. Ainsi, elle cherche à joindre les extrêmes pour dresser un tableau de la complexité des rapports sociaux, économiques, culturels et historiques régis au sein du système capitaliste. 

 

Ses médiums principaux sont la peinture, la sculpture, la poésie, l’installation et la performance. Elle voue une dévotion à la couleur qu’elle utilise de manière hyper saturée et contrastée. Elle mélange les matériaux, les techniques et les disciplines afin de confondre le vrai du faux. Sa pratique se fait conjointement à la technologie de façon à se perdre dans le « qui a fait quoi ? ». Son désir ultime étant d’égaler la perfection de la machine.

 

Elle recours, de façon critique, à certains modes de production et paramètres culturels populaires, notamment l’accumulation, l’excès et la répétition. Elle tente ainsi de révéler les dissonances et dichotomies qui forment le quotidien. Rapidité, surconsommation et artifices deviennent son terrain de jeu. La tromperie est alors un moyen de troubler la limite des hiérarchies dialectiques traditionnelles ; l’art et l’artisanat, la technologie et le fait main, la production de masse et l’unicité, l’innovation et l’imitation, le figuratif et l’abstrait, l’Occident et l’Orient.